Améliorer le commerce à Gerland

1. La situation actuelle

Avec 700 ha environ, Gerland couvre 70% du territoire du 7ème. C’est donc une zone étendue et donc où la proximité commerciale et le besoin de stationnement sont des sujets auquel il est important d’apporter des solutions adéquats.

En consultant les pages jaunes, on trouve par exemple (en 2014) dans le 7ème  :

  • 47 épiceries, dont 4 à Gerland,
  • 12 boucheries, dont une Hallal à Gerland,
  • 5 chausseurs, dont aucun à Gerland,
  • 3 lingeries, mais aucune à Gerland,
  • 10 magasins de costumes homme, mais aucun à Gerland

On note une énorme disparité entre Gerland et le nord du 7ème arrondissement, même s’Il est possible que certains magasins ne figurent pas dans les Pages jaunes. Cette lacune de commerce est signalée dans une étude de la SERL réalisée à l’occasion du projet de ZAC des Girondins, dont nous utilisons les données pour montrer la situation sous forme de graphiques.

CommerceAGerland_Localisation

Localisation des commerces

Le quartier compte 3 supermarchés :

  • Supermarché Casino, allée d’Italie près de la place des Pavillons,
  • SuperU, situé 113 Avenue Yves Farges,
  • Simply, situé rue Pré Gaudry, dans une zone en réaménagement.

Depuis 2012, avec l’arrivée du T1 au carrefour Debourg – Jean Jaurès se sont ouvert quelques commerces, avec Leader Price et Carrefour Market.

La place des pavillons est le secteur géographique le plus commerçant. Néanmoins, bon nombre de commerces de proximité qui se sont installés place des Pavillons, ont eu une existence de faible durée, car la concentration de commerces de cette zone de chalandise, est à peine suffisamment attractive pour justifier le coût élevé des baux de pas de porte. .
Or il est prévu que ce supermarché Casino migre vers une zone commerciale dite îlot de Fontenay, en création Avenue Debourg, à quelques centaines de mètre de la place des pavillons. Ce déplacement n’est pas de nature à rassurer les commerçants présents

Secteurs commerciaux

Le secteur commercial le plus actif à Gerland  est l’alimentation.

CommerceAGerland_CAParSecteurLes types de commerces

Les 3 quarts des commerces sont des super marchés. Les petits commerces ne représentent que 16% du total, ce qui est très peu.

CommerceAGerland_CAParTypeCommerceLa répartition des commerces par secteur d’achat et part type de commerce est donnée par le diagramme ci-après.

CommerceAGerland_RépartitionOn constate qu’à part le commerce alimentaire, il est quasi impossible de trouver une offre dans les autres secteurs.
Il n’est donc pas étonnant que 72% en valeur des achats soient réalisés hors Gerland et qu’à l’occasion d’autres achats les habitants de Gerland fasse aussi près de 50% de leurs achats alimentaires hors du quartier. diminuer cette faiblesse de l’emprise commerciale devrait être une préoccupation majeure de nos élus.

CommerceAGerland_Emprise Les conclusions de la SERLCommerceAGerland_ObjectifsSERLLes demandes des habitants

Présentons ci-dessous les souhaits des habitants qui ont été recueillis lors de notre réunion de consultation du 18/11/205

Gerland a besoin :

  • de plus de centralités commerciales constituées d’une grande surface, qui sert de locomotive et d’une bonne variété de commerces de proximité ;
  • d’immeubles pouvant disposer de linéaires de commerces (du type « Grande rue de Montplaisir ») et offrant une plus grande variété de commerces, de types quasiment absents dans tout Geland : boucheries, poissonneries, fromageries, traiteurs, bonne pâtisserie, vêtements, bricolage, bazar, discount, car, jusqu’à maintenant, l’urbanisme a été très mal conçu pour (comme les immeubles de bureaux de l’avenue Jean Jaurès) ;
  • d’une petite halle tous commerces ;
  • de commerces ouverts le Week-end ;
  • de places de stationnement disponibles près des commerces et
  • dans les secteurs tendus, des places de stationnement règlementées et sécurisées avec une franchise d’1 heure 30 et de parcs à vélo nombreux,
  • d’un outil de géo-localisation des commerces de proximité.

Une meilleure propreté des abords commerciaux serait également appréciée.

Le développement récent de Super U s’explique, en grande partie, par l’existence de son parking gratuit, de durée contrôlée, mais dans un secteur où les immeubles ne permettent l’implantation que de peu d’autres commerces.

Il faudrait trouver des voies d’action plus efficaces pour obtenir des changements.

 

2. Les préconisations du SCoT

Citons le Schéma de Cohérence Territoriale :

« Le commerce est un levier majeur de l’attractivité métropolitaine. Il contribue également à l’animation urbaine et à la qualité de vie. Il importe donc de le conforter tout en proposant un cadre pour son développement, afin qu’il réponde conjointement :

  • à la satisfaction des besoins des ménages et à l’évolution des modes de consommation avec l’émergence de nouveaux concepts de distribution,
  • à la recherche d’un meilleur équilibre entre les bassins de vie et au renforcement des polarités urbaines et des centralités communales,
  • à un mode de développement plus durable privilégiant le renouvellement des pôles commerciaux plutôt que leur multiplication et une meilleure insertion urbaine. »

« A l’échelle de la proximité (rayon 1000m) qui correspond aux achats et services de première nécessité, le commerce de proximité et l’artisanat au service de la population doivent être maintenus et renforcés car leur fonction est irremplaçable ;
A l’échelle intermédiaire des bassins de vie (Gerland) où s’effectuent les achats du quotidien et achats plus occasionnels, l’offre commerciale doit tendre vers une situation d’autosuffisance, rééquilibrant ainsi des situations de dépendance/attractivité de certains territoires par rapport à d’autres et limitant les flux automobiles ainsi générés. »

3. Pour que l’habitant dispose de commerces de proximité

Jusqu’à présent, les pas de porte affectés au commerce dans les Z.A.C. comme celle du Bon Lait sont peu occupés et ne propose pas un panel attractif de commerces de proximité. Une des raisons majeure est certainement l’impossibilité d’y trouver des places de parking libres à proximité, ce qui décourage les clients et a fortiori les commerçants.

La Z.A.C. des Girondins réussira t-elle à combler suffisamment la carence actuelle des commerces à Gerland ?

De nouvelles zones d’habitation sont en construction sur des terrains précédemment utilisées à usage industriel. C’est le cas notamment de la Z.A.C. des Girondins. Sur les zones d’habitation nouvelles, trouvera-t-on alors suffisamment de nouveaux commerces de proximité ?

Le CIL doute que la faible concentration des pas de porte dans les nouvelles et futures ZAC suffise pour constituer des centres commerciaux suffisamment attractifs pour les commerçants d’une part et pour les clients d’autre part.
Pourquoi en serait-il ainsi dans la nouvelle ZAC, sauf si des facilités financières de lancement sont réellement prises par la collectivité, pour inciter l’installation des types de commerces de proximité en carence dans l’arrondissement.
Donc,nous avons suggéré que la municipalité prenne une part active dans l’attribution des types de commerces dans les zones de chalandise, de façon à ce que l’habitant y trouve un panel suffisamment représentatif de ses besoins de proximité.