Pour un « boulevard urbain » sans congestions

1  Réduction du débit par le passage de l’A7 en boulevard urbain

L’axe Nord-Sud permet au trafic de circuler à environ 70km/h en l’absence de congestion.

L’axe est aujourd’hui saturé en moyenne environ 5h par jour en semaine et plus pendant les migrations d’été, selon TomTom et ce que je vois de ma fenêtre. Alors la vitesse (et le débit) diminuent, parfois jusqu’à la congestion totale.

Rappelons que le débit d’un axe est optimum pour une circulation à une vitesse constante approximativement de 50 km/h. En dessous, la congestion se produit brutalement. Introduire un feu tricolore ou une série de feux synchronisés va réduire le débit maximum dans un rapport égal au rapport voisin de 4[1].

Mais pour cela, il faut que la distance entre feux à synchroniser soit précisément un multiple de [Distance parcourue en une seconde] * [durée de la période], soit, à 50km/h :
14m/s * 90s / 2 = 630 m/s. Comme ce n’est, malheureusement, en général pas le cas, une série de feux va réduire le débit dans un facteur bien supérieur à 4 (de l’ordre de 6 au moins).

De plus, actuellement, le nombre de voies de l’axe Nord Sud est de 3. Sur les projets de boulevard urbain, le nombre de voies de circulation serait de seulement 2, voire une en cas de couloir de bus.
Le débit maximum de l’axe Nord Sud risque alors d’être divisé par 12 à 18.

Aujourd’hui, les congestions ont lieu entre le pont Pasteur et Perrache, rarement plus au Sud. Comme cette réduction de débit va de plus générer des congestions, celles-ci seront de beaucoup plus longue durée matin et soir de semaine et durant les vacances. De plus, ces congestions se prolongeront très vraisemblablement jusqu’à Feyzin, au moins, à la jonction avec la D383, donc bloqueront les automobiles beaucoup plus longtemps.
Pendant ces périodes de congestion, la diminution de débit comparée à celle des congestions actuelles sera nettement supérieure (probablement d’un facteur >3), par rapport au débit durant les congestions actuelles.
Si l’axe Nord Sud passe en boulevard urbain, l’échappatoire du pont Pasteur ne sera pas suffisant et de plus sera lui-même saturé bien plus longtemps que les quelques heures du matin et du soir.

2  Mesures préliminaires

C’est pourquoi, comme l’a souhaité Gérard Collomb, aucun aménagement n’est raisonnable avant que ne soient réalisés :

  1. le bouclage de l’Anneau des Sciences prévu au plus tôt pour 2030,
  2. un vrai contournement Est, à l’étude.

Un vrai contournement Est est un contournement qui relie l’A432 à l’A7, si possible au péage de Reventin.
Le contournement réduit (par économie) actuellement à l’étude qui le raccorde à l’A46 étant nettement plus long que le trajet direct sera peu utilisé (non préconisé par les aides à la conduite) et de plus accroîtra les bouchons actuels sur ce contournement et n’aura ni l’attractivité  ni débit indispensable.

Même si ce n’est pas pour bientôt, il est indispensable d’attendre.

3 Conséquence pour les congestions dans le 7ème

Pour éviter les bouchons de l’A7, les conducteurs, aidés par leurs appareils d’aide à la conduite bifurqueront à Feyzin vers Gerland. Là ils se distribueront entre la rue de Gerland et le cours Jean Jaurès. Ceux qui ne l’auront pas fait pourront essayer de se dévier en traversant le Rhône au pont Pasteur et emprunter l’Avenue Leclerc, jusqu’à l’embouteillage à l’approche du cours Berthelot.

La pollution induite se reportera dans le 7ème, déjà à la limite de seuils de pollution autorisés, lesquels sont double de ceux préconisés par l’OMS.

4  Conséquences sanitaires des  congestions

La pollution ambiante provoque 48 000 décès prématurés par an en France soit de l’ordre d’un décès par jour sur Lyon et plus de 500 par an dans la Métropole.

Selon le bilan 2016 d’ATMO-AURA[2] cette pollution est en très faible diminution, malgré :

  1. les normes Euro qui sont censées diviser par 10 des émissions de pollution des véhicules neufs,
  2. la circulation en ville qui a baissé légèrement.

Pollution à Lyon Sud

La pollution par le NO2 provient principalement de la circulation routière et des congestions.

Carte de la pollution NO2 dans Lyon

Rappelons que :

la Commission européenne a adressé le 15 février un dernier avertissement (avis motivé) à la France pour dépassements répétés des limites réglementaires fixées pour le dioxyde d’azote (NO2) et insuffisance des plans d’amélioration de la qualité de l’air.

Les amendes prévues pour la France sont de 100M€ la première année et de 80M€/an ensuite.

Il est donc à la fois vital et économiquement indispensable de prendre des mesures pour diminuer la pollution et encore plus pour éviter de l’accroître.

Sinon, les habitants de la confluence à qui on a vanté un boulevard agréable, arboré et sain, verront leur santé impactée s’ils osent approcher ce boulevard embouteillé, pour une promenade le long du Rhône.

5  Une alternative de galerie à étudier

Une alternative pour éviter les congestions consisterait à édifier sous la voie actuelle un passage en galerie , réservée aux Véhicules Légers de moins de 2m de haut.

Depuis la construction de l’axe Nord Sud (1959), la hauteur des crues du Rhône se révèlent faible. Dans la pratique, ce passage ne serait donc jamais inondé. Les raccordements aux extrémités avec le tunnel au nord et l’entrée à la confluence ne semblent pas poser de problèmes majeurs.

6 Rendre Fourvière à péage

Actuellement, la traversée du tunnel de Fourvière est la voie la plus courte et de plus elle est gratuite, contrairement aux contournements. Par conséquent, c’est la voie privilégiée par les dispositifs d’aide à la conduite.
Pour pallier à ce problème il conviendrait de rendre le tunnel de Fourvière à péage, moyennant l’achat d’un droit de passage acquitté préalablement sur une gare de péage ou paiement électronique autorisé par smartphone et avec reconnaissance optique de la plaque d’immatriculation à la volée.

Naturellement, les Lyonnais pourraient en être dispensés, moyennant un badge, puisque ce sont les seuls qui ont financé le tunnel (à 100%), contrairement aux habitants du Rhône (à 75%), aux Français (à 50%) et aux étrangers (à 0%) qui sont majoritaires pendant les bouchons des vacances.

7  Mesures complémentaires pour réduire le trafic

L’accès devrait être interdit aux poids lourds.
Les bus qui y circulent devraient fonctionner au gaz ou mieux à l’électricité.
La plupart des véhicules légers proviennent de ou se dirigent vers 4 axes principaux :

  1. le périphérique,
  2. l’A7, Rive droite du Rhône au Sud de Lyon,
  3. les communes de la rives droite (Pierre Bénite, Oullins) et l’A450,
  4. Sainte Foy.

Pour chacun de ces axes, il conviendrait absolument construire d’immenses Parc Relais (>2000 places) sur le trajet du métro :

  1. à Gerland pour ceux venant du Sud ou de l’Est, pour les inciter à prendre le métro B,
  2. à Oullins, ou au HCL sud, ou mieux sur l’A450, à St Genis 2 (très fréquenté), avec un métro prolongé B jusque là, pour les habitants de la rive droite, mais avec des accès rendus commodes,
  3. à la Confluence, pour les autres ou pour ceux qui veulent prendre le métro A, qu’il conviendrait aussi de prolonger jusque là.

________________

[1] un peu inférieur à [durée de la phase verte] + [retard du au démarrage] / [durée de la période], soit :
1-25/60 = 58% ou 1-25/90 = 73% (le plus généralement)
[2] chargée de la mesure de la pollution en Rhône-Alpes Auvergne.